Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de FCA Press et restez informé de toutes les nouveautés.

22 juin 2020

« Storie Alfa Romeo » Episode Dix : Giulia et Stelvio expriment 110 ans d’excellence italienne

« Storie Alfa Romeo » Episode Dix : Giulia et Stelvio expriment 110 ans d’excellence italienne
  • « Storie Alfa Romeo » arrive à son terme la semaine des 110 ans de la marque, mettant en exergue les modèles actuels qui célèbrent 110 ans d’excellence.
  • Giulia et Stelvio sont l’expression ultime du concept de « Mécanique des émotions », au cœur duquel prend place le pilote.
  • Les Giulia et Stelvio ont été élaborées à partir des modèles Quadrifoglio.
  • Dotés de performances incomparables, ces modèles Quadrifoglio ont battu chacun des records sur le fameux circuit du Nürburgring.
  • Le Stelvio devint directement le SUV le plus rapide et les deux dernières nouveautés d’Alfa Romeo ont remporté un nombre incroyable de trophées.

 

Alfa Romeo revient sur le Nürburgring

Imaginez un de ces jours où le ciel qui surplombe le Nordschleife ressemble à un tableau. Des nuages spectaculaires assombrissent l’horizon au-dessus de la couronne verte du circuit. L’air est frais et sec… Un temps idéal pour un pilote. Deux mois après sa présentation, la Giulia Quadrifoglio est convoquée pour se confronter à un circuit qui a témoigné au fil des ans de nombreuse victoires pour Alfa Romeo : un lieu surnommé « l’enfer vert » du Nürburgring.

Ce surnom fut inventé, d’après la légende, par Sir Jackie Stewart dans les années 60 et il avait raison : c’est un circuit qui pourrait avoir été dessiné par le diable lui-même. Plus de 70 virages succédant à des lignes droites, des montées et des descentes qui impliquent une dénivellation de 300 mètres.

La Giulia Quadrifoglio est prête sur la grille de départ. Elle n’a reçu aucune préparation spéciale, elle n’est pas équipée de pneus « slick » ni de cage de sécurité : il s’agit d’une voiture strictement de série. Hormis le casque, le pilote – en jeans et polo – ressemble à n’importe quel conducteur. Il n’y a aucun feu allumé au vert pour lui indiquer le moment du départ ni même de drapeau à damier au terme d’un tour, mais le niveau d’adrénaline ne pourrait être plus élevé.

Le pilote active le mode Race du système DNA et accélère dans une fanfare mécanique. 7 minutes et 32 secondes plus tard, il peut respirer à l’aise. Son arrivée correspond à la communication d’une information exceptionnelle : il vient de battre de sept secondes le précédent record établi en 2015. Un peu après cela, le Stelvio fera encore mieux, puisqu’il bat ce record de 2015 de 8 secondes !

Les Giulia et Stelvio sont ainsi la berline et le SUV le plus rapides au monde, sur l’un des circuits les plus exigeants au monde ! Un record qui prendra du temps avant d’être battu.

Qui est Giorgio ?

Le nom de Giorgio apparaît pour la première fois dans la presse automobile en 2013 : la nouvelle génération d’Alfa Romeo est en cours de développement et Giorgio sera le nom de la plateforme sur laquelle elle sera élaborée. Les romantiques s’imaginent déjà qu’il s’agit d’un hommage au légendaire pilote Tazio Giorgio Nuvolari. D’autre pensent qu’il s’agit du choix personnel de Sergio Marchionne, CEO de Fiat Chrysler Automobiles. Le secret ne sera jamais éventé. Ce qui est avéré cependant est que Giorgio sera une plateforme recourant aux roues arrière motrices et que ses ambitions sont particulièrement élevées.

L’entreprise avait en effet prévu des investissements importants pour cette plateforme et pour l’usine de Cassino, sélectionnée pour fabriquer les futurs modèles. Par-dessus tout, elle décida également d’activer ses meilleurs talents techniques dans des « think-tanks » dédiés. En leur demandant de développer les nouveaux modèles tout en mettant de côté les traditionnelles règles et habitudes. Et ce, afin d’imaginer des solutions jamais vues et de « croire, rêver et créer ».

Qui sont les « Skunks » ?

Les équipes composants Giorgio se sont ainsi isolées du reste de l’entreprise pour se concentrer exclusivement sur la nouvelle plateforme. Le jargon du monde de l’entreprise a inventé un nom spécifique pour ce type de démarche, que tout le monde a adopté avec fierté. Pour expliquer l’origine de ce nom, il faut se replonger 70 ans en arrière.

Clarence Leonard « Kelly » Johnson n’était pas un ingénieur Alfa Romeo, mais son histoire est comparable. Il s’agit d’un ingénieur aéronautique travaillant pour Lockheed Martin et, en 1943, il est mis en charge d’un projet spécifique : développer à partir d’une page blanche et en six mois seulement un avion de combat capable de dominer le ciel pendant la Seconde Guerre Mondiale. C’est un challenge impossible mais il l’accepte. À la seule condition qu’il obtienne carte blanche pour relever ce défi.

A la fin de la période définie – en fait, même avec une semaine d’avance – il présente le premier jet de combat américain, le révolutionnaire « XP-80 Shooting Star ».  Son équipe fut connue sous l’appellation « Skunk Works ». C’est ainsi que les équipes en charge du projet « Giorgio » se sont également définies entre elles. Elles sont également partie d’une page blanche, en ayant des délais extrêmement resserrés pour livrer leur projet qui revêtait une ambition énorme : remettre le conducteur au cœur d’une automobile, pour qu’il expérimente le frisson de conduite que seule une Alfa Romeo peut offrir.

Lancement de la Giulia au nouveau Musée Alfa Romeo

La version qui exprime le mieux les qualités intrinsèques de la plateforme Giorgio est la plus sportive de toutes : la Giulia Quadrifoglio. L’entreprise décidé de présenter ce modèle en premier, sur base duquel toutes les autres versions seraient développées.

Le lancement du modèle tant attendu fut menée telle une opération secrète : aucune photo ou caractéristique ne fuita dans la presse avant le lancement, ni même le nom du modèle. La nouvelle Giulia fut ainsi dévoilée au monde le 24 juin 2015 : une journée spéciale pour plusieurs raisons. Elle coÏncidait avec le 105ème anniversaire de la marque.

C’est ce jour-là qu’une voiture star vit donc le jour. La marque Alfa Romeo elle-même revenait à la maison : sur les notes de « Nessun dorma » de Puccini, le maestro Andrea Boccelli accueillit la Giulia dans les salles rénovées du Museo Storico Alfa Romeo à Arese. Le passé et le futur s’unissaient.

La nouvelle Giulia

Les ambitions du modèle étaient inscrites dans l’histoire de la marque : des moteurs innovants, une répartition parfaite des masses, des solutions techniques uniques, le meilleur rapport poids/puissance dans la catégorie et, bien entendu, un design véritablement expressif avec une ligne au flair italien inimitable.

Les moteurs de la Giulia étaient entièrement nouveaux, tous conçus en aluminium. Le 6 cylindres bi-turbo essence de la Quadrifoglio délivrait 510 ch et 600 Nm, des valeurs sensationnelles pour une berline. Les masses et les matériaux ont été conçus pour garantir une répartition parfaite : 50/50 entre les deux essieux.

Le nombre de solutions techniques innovantes est éblouissant: toute la voiture incarne un nouveau concept. La suspension avant a un double bras triangulaire avec essieu directeur semi-virtuel, pour rendre l'angle de suspension plus contrôlable et obtenir une adhérence optimale sur la route : les deux bras inférieurs créent un mouvement « ciseaux » qui génère une sensation linéaire dans toutes les conditions, avec un rapport de direction record (moins de 12: 1). Le nouveau système Alfalink™ est introduit sur l'essieu arrière, un système multi-bras à quatre bras et dem i: rigide en virage, mais aussi flexible longitudinalement. Ces deux solutions sont « made in Alfa Romeo ».

Légèreté et maîtrise absolue

Afin d'assurer à la Giulia un rapport poids/puissance optimal, des matériaux ultralégers ont été utilisés dans toutes les parties du véhicule : l'aluminium (pour la base et le haut du moteur, diverses parties de carrosserie et les suspensions); un composite aluminium et plastique (pour la traverse arrière); la fibre de carbone (pour l'arbre de transmission, le capot, le toit, mais aussi pour la structure des sièges avant). La caisse en blanc ne pèse ainsi que 322 kg. Il a été demandé à l'équipe en charge de l’électronique d'augmenter la sécurité et le plaisir de conduite, mais sans priver le conducteur de sa liberté.

En conséquence, l'équipe Giorgio a développé des systèmes spécifiques aux connotations clairement Alfa Romeo : du contrôle de traction Q4 ASR (qui n'intervient de manière autonome qu'en cas de nécessité absolue), au système de freinage Integrated Brake System (qui gère les dispositifs de freinage et le contrôle de stabilité), du Differential Linear Slip (qui améliore la réponse en virage) au Torque Vectoring (qui distribue la puissance aux roues arrière de manière programmée, améliorant la traction et la sensation de la direction). Pour coordonner toutes ces fonctions, un « super cerveau » composé du « Chassis Domain Control » a été introduit.

La performance dynamique extraordinaire de la voiture est renforcée par un design tendu et rigoureusement essentiel, révélant son caractère italien dans l'harmonie élégante de ses volumes et ses prouesses techniques dans ses étonnants résultats aérodynamiques (Cx de 0,25).

Ce que Giulia et Quadrifoglio partagent

Pour créer leurs versions ultra-sportives, presque tous les fabricants enrichissent le modèle de base, modifiant souvent des éléments structurels pour améliorer le poids et les performances. Ces modèles sont ensuite produits sur des lignes distinctes, et dans de nombreux cas par des fournisseurs extérieurs. La Giulia, quant à elle, dérive directement de la Quadrifoglio, et pas seulement esthétiquement : les deux voitures partagent la même architecture, les mêmes matériaux légers, la plupart des éléments mécaniques ainsi que la même chaîne de montage à Cassino. Le résultat est unique dans le secteur : chaque Giulia, dès le premier niveau de motorisation, présente la même répartition de poids entre l'avant et l'arrière, la même rigidité en torsion, les mêmes systèmes de direction et de suspension que la version la plus performante de la gamme !

Stelvio : la première Alfa Romeo qui est aussi un SUV

La plateforme Giorgio n'a pas été créée uniquement pour la Giulia. Le moment était également venu pour Alfa Romeo de faire ses preuves sur le segment des SUV, le plus dynamique et innovant de tous. Et donc, en février 2017, le Stelvio a fait ses débuts : le premier SUV de toute l'histoire de la Marque. Ce n'était pas un défi aisé : le but était de fabriquer une Alfa Romeo capable de rouler avec agilité sur les routes enneigées et dégradées, sans rien perdre en termes de performances, de tenue de route et de dynamisme de conduite. En d'autres termes : créer un SUV qui puisse être conduit comme une berline sport. Comparé à la Giulia, il a un seuil d’accès et une position de conduite plus élevés. Il offre aussi plus d’espace aux passagers et aux bagages. Le débattement de la suspension est plus important, pour garantir une garde au sol adaptée en dehors des sentiers battus. Afin d'augmenter la stabilité, les voies sont également légèrement plus larges. Mais l'architecture et la mécanique restent les mêmes, tout comme la gamme de moteurs et les systèmes électroniques. Le résultat est une voiture avec « une âme Alfa Romeo dans une carrosserie de SUV ». Une combinaison à laquelle personne ne s'attendait et qui génère des expériences de conduite uniques.

Sportivité élégante

Les Giulia et Stelvio sont les leaders absolus dans leurs segments en termes de performances et de comportement dynamique. Le concept technique de base est - et reste - pionnier. Par conséquent, pour les versions MY2020 des deux voitures, les concepteurs d'Alfa Romeo ont concentré leur attention sur l'expérience de vie à bord, rendant ces modèles encore plus agréables, sûrs et connectés. La marque reconquiert ainsi son territoire traditionnel : celui de la « sportivité élégante ». C'est un concept qui s’est souvent reproduit tout au long de l’histoire d'Alfa Romeo : ne jamais sacrifier le tempérament de la marque sur l’autel « premium » choisi par certaines marques, avec la volonté d’exprimer l'équilibre parfait entre forme, fonction et sensations fortes. Le lancement des variantes MY2020 des Giulia et Stelvio a marqué une nouvelle étape dans cette direction.

Giulia et Stelvio MY2020

Les solutions les plus avancées des nouvelles versions des Giulia et Stelvio sont axées sur le confort et une qualité de vie typiquement italienne. L'intérieur des deux voitures a été repensé pour mettre davantage en valeur la qualité des matériaux et l'élégance des formes. La connectivité est devenue un protagoniste clé, grâce au système d'infotainment à écran tactile de 8,8’’ et à une facilité d'utilisation comparable à celle d’un smartphone. L'offre télématique est complétée par une suite de services Mopar pour la gestion à distance du véhicule. Les innovations dans le domaine de la technologie de conduite sont devenues encore plus importantes. Les nouveaux systèmes ADAS (Advanced Driving Assistance Systems) marquent la transition vers la voiture autonome de Niveau 2 (le plus élevé actuellement disponible) : les systèmes informent non seulement le conducteur, mais en cas de besoin, ils deviennent également actifs, améliorant la sécurité du véhicule.

Les modèles Alfa Romeo les plus récompensés de toute l’histoire

Au cours des cinq dernières années, les Giulia et Stelvio sont devenues les voitures Alfa Romeo les plus récompensées de toute l’histoire de la marque : 170 titres internationaux - décernés par des journaux spécialisés et des médias généralistes, votés par des jurys d'experts ou directement par des clients, dédiés à l'innovation et au style. Depuis le premier prix « Eurocarbody of the Year » obtenu en 2016, honorant le meilleur projet d'architecture d’un véhicule, la collection de récompenses n’a jamais cessé. Les étagères sont pleines, mais les prix continuent pourtant à arriver, tel celui de « Performance Car of the Year 2020 », décerné par le jury du magazine britannique « What Car ? », attribué à la Giulia Quadrifoglio pour la troisième année consécutive, après que celle-ci ait été comparée à des voitures de sport de tous les segments du marché. De quoi rendre fiers les ingénieurs et les designers d'Alfa Romeo, heureux de lire le commentaire sur leur modèle : « Une voiture performante qui peut aussi être pilotée chaque jour ».

 

Bruxelles, le 22 juin 2020

Autres contenus

Inscrivez-vous à la newsletter.

S’INSCRIRE MAINTENANT